Ces stars du brunch à éliminer pour sauver la planète

Posté le : 22/01/2020

 

 



Les tendances food que l’on voit partout sur les réseaux sociaux, Instagram en tête, peuvent avoir des conséquences sur la planète… En effet, l’agriculture est l’une des industries les plus polluantes. Pour répondre aux demandes croissantes de certains aliments, les différentes parties se doivent d’être plus productives, plus compétitives et surtout, moins chères. Du toast à l’avocat au bowl de quinoa en passant par notre chocolat chaud… Qu’est ce qui se cache derrière nos plats préférés du brunch ?



Titre de l'article

L’avocat, le nouvel or vert

Sur des toasts, dans des bowls, en guacamole, nature : depuis quelques années, l’avocat est la star du brunch. On l’aime pour son goût doux et pour ses bonnes graisses, mais sa culture soulève de nombreux problèmes... Très gourmande en eau (1000 litres pour 1 kg soit 2 avocats et demi !), elle est également source de grandes déforestations, avec les conséquences que l’on connaît. Dans les pays exportateurs, comme la Nouvelle Zélande ou le Mexique, elle est également responsable d’une violence croissante, particulièrement dans ce dernier, où les narcotrafiquants règnent en maître et profitent de la détresse des paysans pour les racketter.

 

Des cultures intensives

Tout comme l’avocat mexicain, certaines spécialités du monde ont vu leur demande exploser avec l’avènement des tendances sur les réseaux sociaux. Ainsi, le quinoa, une graine riche en protéines cultivée en Amérique du Sud (principalement au Pérou et en Bolivie) a vu sa consommation décupler. Face à la demande, la production et les prix ont grimpé en flèche... Et pour cette raison, les populations locales préfèrent aujourd’hui exporter leurs produits plutôt que de les consommer, ce qui entraîne un changement dans leur régime alimentaire de base. Sans grande surprise, la recherche de rentabilité maximale a également accéléré l’usage des pesticides. Malheureusement, ce cercle vicieux a déjà été établi dans la culture du soja, notamment en Argentine.

 

Le cacao, une culture très énergivore

Le cacao a besoin d’un cadre particulier qui rend sa culture très difficile. En effet, le cacaoyer ne pousse que dans certaines zones périphériques de la forêt équatoriale et cette dernière est donc progressivement élaguée pour lui faire de la place. Qui plus est, elle nécessite beaucoup d’eau et les conditions de négoces des cultivateurs, qui abandonnent généralement leur culture primaire pour passer au cacao, sont souvent décriées.

 

Le grand méchant loup : l’huile de palme

Présente dans de nombreux produits dont les pâtes à tartiner, l’huile de palme est l’un des grands ennemis de notre planète : déforestation, contamination des sols, émission de gaz à effet de serre… Si les consommateurs s’engagent de plus en plus contre cet ingrédient chouchou des industriels, il n’en reste pas moins très consommé.

 

Cause ou conséquence : vers une pénurie de café ?

Maladie des plantes, culture de plus en plus difficile… Certaines études avancent une possible pénurie de café sauvage due à la déforestation et au réchauffement climatique dans les années à venir.  

 

Les bons gestes à adopter

Pour un brunch plus responsable, il n’est pas forcément nécessaire de faire une croix sur tous ces bons petits plats que l’on aime tant, mais il est possible de faire quelques ajustements. Privilégiez toujours des produits issus de l’agriculture responsable et biologique s’ils sont importés (avocats, bananes, quinoa…) sinon, optez pour des recettes faites à base de produits locaux, pour limiter les transports, et de saison, pour ne pas encourager les cultures intensives.






Derniers articles publiés sur OuBruncher.com


Nouveaux brunchs ! en partenariat avec Newtable.com

Adaggio (75010)
Lancé en Octobre 2020
Figuig (75017)
Lancé en Octobre 2020
GrandCoeur (75004)
Lancé en Octobre 2020
Citrus (75008)
Lancé en Octobre 2020
All Good Things (75018)
Lancé en Octobre 2020
Voir les nouveaux brunchs